Partir vivre au bout du monde, une décision à ne surtout pas prendre à la légère.

Par défaut

Il y a un peu plus d‘un an nous prenions  avec mon mari la décision  de venir nous installer dans son pays.

Je le savais bien qu’on allait y arriver à cette décision car dès le départ il m’avait annoncé la couleur : MA vie je ne la ferais pas en France m’avait-il dit !

Ok pas de soucis, je te suivrais jusqu’à Tombouctou s’il le faut lui avais-je répondu  !! en blonde (de l’intérieur) qui se respecte  (et nulle en géo par-dessus le marché) , Tombouctou sonnait très exotique à l’oreille, mais en fait après googelisation il se trouve que c’est au Mali  juste la porte à côté  du Sénégal.

Bon en tout cas l’intention de lui prouver tout mon amour  y était et c’est  çà qui compte.

Enfin bref j’étais préparée psychologiquement à finir mes jours au Sénégal sans me douter une seconde que notre départ allait être si rapide !

Cette décision de tout quitter un jour avait donc était mûrement réfléchie, je m’étais longuement renseignée sur TOUT : le palu, le système médical, les écoles, le marché du travail, la chaleur…TOUT

J’ai du en avaler des pages et des pages de Wikipédia , et puis je saoulais mon mari avec toutes mes questions . Malgré tout çà  ce fut un sacré choc, ma vie est différente ici de celle que j’avais en France il a fallut m’habituer à bon nombre de choses que je ne connaissais pas, réviser mes priorités, changer ma façon de vivre tout simplement.

Au bout d’un an même si tout n’est pas rose je m’en sors plutôt bien et ce n’est pas le cas de tout le monde.

S’il y a des matins où je me lève avec un vague à l’âme, avec la nostalgie de ma petite ville de Nilvange et avec un sacré ras le bol du Sénégal, je n’ai qu’à penser à un monsieur que j’ai rencontré en ville  récemment.

Ce monsieur à la soixantaine fringante  et à l’apparence fort sympathique (les 30 premières secondes ) est un Toubab habitant au Sénégal depuis quelques mois.

S’il y a des personnes qui comme moi se sont renseignées sur le net  (entre autre)pour en savoir plus sur le pays dans lequel elles allaient habiter ou encore ont acheté Le Petit Futé,  lui a du  se procurer un livre s’intitulant : « les milles et un préjugés à la con sur l’Afrique » ou encore «  Le Sénégal c’est de la merde n’y allez  surtout pas ».

Pourquoi dis-je cela ?

Et bien à part les quelques premiers instants agréables d’échange entre deux toubabs au Sénégal   se rencontrant devant leur consulat et ayant possiblement des points communs, la suite de la conversation ou plutôt du monologue de ce monsieur n’était qu’un déversement de paroles haineuses envers le pays où il habite désormais.

Il en avait à dire sur tout, les noirs ce sont  des arnaqueurs, à cause de ma couleur on me prend pour un con, si j’ai des enfants (il est marié à une sénégalaise) je  ne donnerai certainement pas des prénoms sénégalais  moches et j’en passe des vertes et des pas mûres . Mais donc pourquoi est-il là ? L’a t on forcé, trainé jusqu’ici ?

Comment est-ce possible ? J’ai cherché à  le comprendre (parfois je devrais m’arrêter à « un con est un con , n’essaye pas de creuser pour savoir le pourquoi du comment, mais c’est plus fort que moi)

je me suis demander  comment peut il voir les mêmes choses que moi, habitant le même pays et y trouver tant d’inconvénients ?

Bien sur je râle de l’état des routes qui te secouent à en vomir ton petit déj , évidemment quand le boucher du coin me fait du gruyère avec mon steack en me faisant des trous dedans on ne sait même pas pourquoi , çà m’irrite.

Bien sur aussi que TOUT  devoir marchander, c’est fatiguant parfois, évidemment qu’en amatrice de fromage les prix  du Casino m’énervent !!

Mais tout çà c’est surfait, ce sont des nouvelles habitudes à prendre, quand on vit dans un pays qui n’est pas le sien, le maitre mot est ADAPTATION !

Il faut arrêter de faire son petit blanc précieux, si je m’étais expatriée au Québec j’aurais certainement été dérangée par le froid, j’aurais certainement trouvé un bon nombre de choses ne me plaisant pas là-bas. C’est le propre de l’être humain d’être un éternel insatisfait.

Ce qui ressort de cette rencontre  est que  je  plains  vraiment ce monsieur car il n’a pas réussi à voir le bon côté de la vie ici, j’espère pour lui que çà viendra (InchAllah) et qu’il ouvrira les yeux et oubliera un peu tout les préjugés qu’il a en tête.

je me dis  surtout  en voyant le nombre de personnes qui sont parties  loin de chez eux puis revenues,  que la décision de partir vivre à des milliers de kilomètres  de chez soi peu importe où l’on va, doit être murement réfléchie car même en étant préparé psychologiquement parfois il est difficile de s’y faire.

Mais faut avouer que le Sénégal c’est nice !

Publicités

"

  1. Mille excuses!!!c’est vrai qu’entre 25 et 31 ans il y a une sacrée différence.
    Non c’est vrai que je n’ai pas lu tous les articles en totalité mais suffisamment pour voir que tu résistes vaillamment à tous les désagréments que tu cites. Et heureusement car apparemment ton mari ne t’a pas laissé trop le choix sur le pays où il voulait vivre, alors autant tout mettre en oeuvre pour s’adapter et y réussir.
    Je reviens sur le discours de ce monsieur qui de toute évidence ne supporte pas sa vie au Sénégal et je maintien qu’à 50 ans on a pas la même faculté d’adaptation qu’en étant plus jeune, même si l’on est très amoureux.
    Pour ma part, je vais au Sénégal depuis 1991, ça fait donc un bail. J’y ai séjourné durant des périodes plus ou moins longues, je m’y suis mariée et ma perception du pays a bien changé depuis mes premiers voyages. Plus que certains désagréments matériels auxquels on s’habitue à la longue (j’ai vécu en brousse dans des conditions plus que précaires) c’est la mentalité des gens que j’ai du mal à supporter au bout d’un certain laps de temps.
    Je n’irai ni juger ni critiquer les sénégalais comme l’a fait ce monsieur, je dis seulement que malgré mes efforts cela ne me convient pas.
    Heureusement, pour le moment mon mari ne parle pas de renter au pays, si jamais c’est le cas il faudra que je trouve des aménagements qui puissent nous permettre de vivre en bonne harmonie.

  2. Moi je dirai, qu’on aborde pas un pays étranger de la même manière à 50 ans qu’à 25, tu ne dis pas depuis combien de temps ce monsieur vis au Sénégal, apparemment depuis plus longtemps que toi puisqu’il a dépassé le stade du tout nouveau tout beau.
    Et puis çà dépend aussi des conditions de vie, je sais par expérience que le Sénégal est bien plus agréable à vivre quand on a quelques moyens.
    Certes les réflexions de ce monsieur sont certainement excessives, mais il est peut-être arrivé avec beaucoup d’illusions et quand on a porté les choses très haut plus dure est la chute.
    Personnellement je sais que le Sénégal me convient pour de courts séjours, je ne sais pas comment je serai si je devais y vivre définitivement.

    • premièrement je n’ai pas 25 ans et je suis mère de famille de trois enfants et RIEN ne m’a paru tout beau tout nouveau quand je suis venue vivre au Sénégal , tu n’as apparemment pas lu mes autres articles. Ce monsieur est là depuis seulement Trois mois , donc tu vois tu te trompes.Ce monsieur a bien plus les moyens que moi , il a deux commerces, se paye des vélos à 4000€ et vit des allocations chomages belges pour le moment, allocation qui s’élèvent à environ 1500€ (plus du double de nos revenus alors que nous nous avons trois enfants dont deux en bas age çàd couches + lait+ dépenses en pédiatre+ Vaccins etc + frais de scolarité et fourniture du grand qui est scolarisé)
      enfin bref ce monsieur a été capable de dire que mon grand (8 ans) était mieux éduqué que le petit (18 mois) et que çà se voyait qu’il avait grandit toute sa vie en France contrairement au petit qui lui ayant grandit ici est plus sauvage !!ce monsieur pense gentiment que les noirs sont tous des sauvages!!

  3. Mon père était un peu pareil (en dehors du préjugé sur les noirs ! ) Mais en faite, c’était parce que sa femme… Voila quoi ! Et qu’en plus avec la vieillesse il devient rochon. Donc bon peut etre que lui aussi… Puis tu sais je crois que pour un homme c’est plus difficile car il est sensé etre le chef de famille, et y’a certaine chose qu’il aura du mal a imposé de part la culture sénégalaise.
    Je suis rentré, pour mes études. Mais le pays de la terranga me manques terriblement alors que sa ne fait qu’une semaine que je suis la, le moral est bon, j’ai retrouvé les avantages de la france tout sa mais quand même. Tu verras si tu viens a rentrer definitivement, t’emporteras bien plus que ce que tu penses. J’ai désormais l’optimisme et la bonne humeur de tout bon sénégalais qui ce respect. Ainsi que la sympathie et l’ouverture aux autres. Et j’aime sa, sa color ma vie de 1001 couleurs 🙂
    Alors je sais pas si un jours mes pieds refoulerons le Sénégal ( et pourtant je le souhaite de tout mon coeur des les prochaines grande vacance, mais l’homme propose et Dieu dispose !!) mais en tout cas je remercie mon Sénégal, pour toute ses choses qu’il ma appris, et elles sont bien plus nombreuses que ce que je n’aurais pu imaginé. Je suis partie en étant en transition adolescent/jeune femme, j’en ressort en étant une femme pleine d’une experience enrichissante. Pourquoi ne pas essayer de nouer des liens avec cet homme pour lui faire voir plus tard qu’il regarde le Senegal avec la mauvaise paire de lunette ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s