Non tu n’es pas Africaine!!

Par défaut

rale

Tiens, tiens , ça faisait longtemps que je n’avais pas pousser un petit coup de gueule.

Le dernier avait été mal perçu, on m’avait taxée d’intolérante et j’en passe, mais vous savez quoi ?

Chacun a le droit d’exprimer son opinion qu’elle plaise ou non, cela s’appelle la liberté d’expression, tu connais non ? Ça fait des décennies qu’on se bat pour ça !!

Revenons en à nos moutons et donc à  mon coup de gueule du moment.

Il y a quelques années je lisais un article sur Sénégalaisement  intitulé Les grosses connes (pour les blondes et les blonds cliquez sur le lien pour lire l’article en question), j’étais choquée et plutôt énervée de lire de telles absurdités.

Avec le recul et avec mon installation au Sénégal, je me suis mise à voir les choses sous un autre angle et  je suis assez d’accord  avec quelques petits points de cet article. Je m’explique, il ya beaucoup de femmes qui viennent en Afrique et qui trouve tout magnifique, elles mettent un pied sur le sol africain et waouh c’est une révélation. Elles rêvent de partir vivre en brousse, d’aider les pauvres  « nenfants » des rues…

Leurs intentions sont louables quand elles veulent aider, car d’ailleurs que fais-je moi la Toubab à Dakar pour venir en aide aux Talibés par exemple ?

RIEN je l’avoue…pour le moment.

Et là arrive la phrase fatidique qui m’énerve au  plus haut point : « Je suis Africain(e )non pas parce que je suis né(e )en Afrique mais parce l’Afrique est née en moi ». A la base c’est une très jolie phrase du père  du panafricanisme Kwame  Nkrumah mais utilisée par ces toubabs qui se prennent pour des Africaines, ça m’irrite. D’ailleurs connaissent-elles  l’auteur de la phrase qu’elles publient en statut sur facebook ou pire qu’elles se font tatouer !

En parlant de tatouage, rien de plus ridicule que toutes ces femmes qui se font tatouer  d’énormes cartes de l’Afrique un peu partout que leur corps, elles auront l’air fine à 75 balais avec leur Dakar qui dégouline ! Bon ok le ridicule ne tue pas…quoique !

Il y a un proverbe wolof qui dit : Bant, lumu yàgg cig dex, du tax mu soppiku jasig
Un bout de bois peut rester longtemps dans un fleuve, ce n’est pas pour ça qu’il va se transformer en crocodile.

Et bien c’est pareil pour les blanches, tu peux rester toute ta vie en Afrique tu ne seras pas pour autant  noire ou africaine. Attention je ne te dis pas que tu n’as pas le droit d’aimer l’Afrique  de t’y sentir bien, mais reste à ta place !

Chacun a sa place et les hippopotames seront bien gardés!

On  ne vit pas dans un monde de bisounours , faut arrêter les «  je ne me sens bien que quand je foule le sol de la Terre Mère »,les « je vais faire un retour aux sources , sur la trace de mes ancêtres… »

Bon ok l’Afrique est le berceau de l’humanité  mais bon toi  là il faut quand même remonter très loin pour te trouver des ancêtres noirs.

Ces femmes  sont émerveillées par tout, elles rêvent d’une vie idyllique ici , car en Afrique  elle est plus belle la vie !

Oh  que c’est jeau c’est boli ( dédicace à mon mari) , pardon c’est beau c’est joli !! Tu as vu trois girafes à la réserve de Bandia et  ça y est tu n’en peux plus.  STOP !!Tout n’est pas rose ici , il faut ouvrir les yeux , bien sur l’Afrique est belle , l’Afrique te touche au plus profond de ton être , mais l’Afrique a ses réalités (comme la France d’ailleurs) .

Pour reprendre un  peu ce que l’article dit  car je ne suis pas d’accord avec tout ce qui y est dit,chacun a le droit de s’habiller comme il veut et donc de porter les vêtements traditionnels du pays dans lequel on vit par exemple  ou  de se tresser mais ce qui me chagrine c’est le manque de personnalité  de ces personnes qui se prennent pour ce qu’elles ne sont pas . Un peu comme un sénégalais qui vivrait en France toute sa vie et qui aurait complètement oublié d’où il vient.

Nos  origines, notre culture sont des choses très importantes pour moi et je trouve qu’on peut s’adapter à une culture en adopter certains aspects sans pour autant renier ce que l’on est.

Je suis une blanche vivant à Dakar, plus tout à fait française et pas tout à fait sénégalaise , un mélange riche de ces deux cultures au quotidien , mais je sais qui je suis , je ne suis pas noire , je ne suis pas africaine. Je suis MOI une  Toubab à Dakar.

Publicités

"

  1. Je comprends ce que vous voulez dire sur les « rastas » que je mets entre guillemets car pour avoir rencontré 1 rasta, 1 vrai dans ma vie, je peux vous dire que la majorité d’entre eux que ce soit au Sénégal ou ailleurs sont des imposteurs !!!!!
    Si une famille Sénégalaise ne laissera jamais sa fille sortir avec l’un d’entre eux parce qu’il a des locks, je trouve ça dommage… mais si c’est parce que c’est un imposteur, je comprends.
    Il est vrai qu’il y a beaucoup de pauvres filles (gentilles et pas forcément connes) qui vont se laisser amadouer et c’est avec le recul (je l’espère pour elles) qu’elles se rendront compte qu’elles sont sorties avec de pauvres imposteurs profiteurs .

    Concernant les « toubabs » (et Dieu sait que je n’aime vraiment pas ce mot) qui se tressent et portent du vert- jaune -rouge et bien je dirais « laissons les vivre leurs expériences » .
    Elles doivent découvrir l’Afrique pour la première fois et être à fond dedans 🙂

    Je peux comprendre que ça énerve mais je peux aussi les comprendre surtout si elles sont jeunes!

    Je préfère quand même ce genre de filles à certains expats qui restent entre expats qui essayent de vivre comme en France et qui ne connaissent RIEN de la culture qui les entourent, qui n’essayent même pas de rencontrer les locaux sauf untel qu’on leur aura présenté comme quelqu’un de super qui a fait de grandes études et qui a une super situation !

    J’aime les gens qui se frottent aux traditions, qui posent des questions, qui se mélangent à la foule qui n’ont pas peur de prendre un taxi brousse et d’aller dans un village ou il n’y a pas d’électricité!

    J’ai vu des filles comme vous les décrivez qui n’ont pas eu peur d’y aller !
    Alors même si elles peuvent faire un peu pitié avec leurs tatouages et leurs tresses pour certains le point positif c’est qu’elles vivent à fond leur African expérience 🙂

    Tu as raison Aleyna de rappeler que la liberté d’expression existe et qu’elle est importante.
    Il est aussi important que les gens apprennent à écouter et à respecter ces opinions diverses.

    Tu as bien raison de continuer ton blog car ça aurait été dommage d’arrêter parce que les gens deviennent agressifs!

    Ils devraient peut être aller faire un petit tour chez toi voir mama Africa

  2. Sur les conseils de Soxna Cess (ci-dessous), j’apporte ma contribution au débat… qui au fond n’en est pas un! Et c’est peut être là le vrai problème! Au cours de mes séjours au sénégal, mais aussi ailleurs en Afrique, une chose m’a toujours frappée, c’est cette espèce de compétition (plus ou moins consciente) entre toubabs, pour savoir lequel s’est le mieux intégré, lequel est le plus « africain ». Le fait de se tresser, de se tatouer, de s’habiller différemment, peut être motivé par cette envie de montrer qu’on aime le sénégal, ou l’afrique en général, ou autre. Je ne porte pas de jugement sur ces personnes, car j’ai moi même porté des colliers vert-jaune-rouge la première fois que je suis rentrée du Burkina Faso… 😉 Mais j’avais 20 ans!! En vieillissant, et en vivant à Dakar, j’ai compris que l’important n’était pas dans l’apparence que l’on prenait, ni dans ce que les autres peuvent penser de nous. L’important est l’ouverture d’esprit dont on fait preuve, ce que l’on peut apprendre d’une autre culture, et également ce que l’on peut apporter de notre culture à nous. En bref, l’échange, le partage, sous quelque forme que ce soit. Et le respect, surtout.
    L’article sur les grosses connes m’avait à la fois fait rire et en même temps déroutée, car je le trouvais très agressif et vulgaire. En quoi ces femmes et ces hommes dérangent ils le sénégal? Tant que chacun reste libre et n’empêche pas les autres de l’être? Je n’accepte pas que des hommes ou des femmes, qu’ils soient d’ailleurs toubabs ou « farafin », payent pour des prostitué(e)s mineur(e)s, comme cela existe malheureusement au sénégal. Ceux là doivent être jugés. Mais les autres, ceux qui se font plaisir entre adultes consentants, avec ou sans boubou, avec ou sans tresse, pourquoi les juger?
    Il appartient à chacun de vivre son expatriation. Mon expérience a été de travailler dans un institut sénégalais, de vivre dans un quartier populaire, de fréquenter des sénégalais pour apprendre un tant soit peu leur culture, leur langue. Mais j’avais également besoin de me « ressourcer », de retrouver ma propre culture par moments, et ma meilleure amie était française. Je m’habillais souvent « classe » (en boubou ou pas) le vendredi (d’après l’adage bien connu « sois romain à Rome »). Je me suis fait tresser à certaines occasions. Selon mes envies, en gros, et dans l’indifférence générale. Il n’est pas besoin de se montrer (sur le net, sur FB,…) pour vivre pleinement, apprendre et profiter!
    Alors, africain ou pas? Africaine ou pas? Le débat est stérile, n’a aucune importance!! Perso, je suis française de nationalité et sénégalaise de coeur!!

    • Quand j’ai écrit les « grosses connes », encore une fois, il ne s’agissait pas de juger quiconque. Moi aussi j’ai « découvert » l’Afrique à 17 ans. Pour autant je ne me suis jamais senti obligé de porter un boubou. Juste de pas rentrer en mini-short et torse-nu chez le boutiquier peul du coin même s’il fait 40° et que ça m’emmerde. Il faut arrêter aussi de toujours dire que donner son avis, a fortiori sur un ton ironique, c’est « juger ». Je ne suis pas juge. Si quelqu’un me dit que je suis un con je vais pas lui dire qu’il me juge ! Je vais même pas le penser ! Ce monde que certains sont en train de nous faire où il ne faut surtout heurter personne est vomitif. On dirait le journal télévisé de France 2 ! Ne jamais froisser personne, au final, c’est emmerder tout le monde ! C’est quand même pas un crime contre l’humanité que de temps en temps se foutre de l’attitude de quelqu’un. Les gens sont assez grands pour se défendre seuls. C’est d’ailleurs les respecter que de leur attribuer cette faculté de se défendre seuls. Dans tous les cas, l’expérience m’a montré au cours de mes années au Sénégal ou au Faso que les extasiés de l’Afrique sont ceux qui la connaissent le moins.
      Ces pseudos toubabs « intégrés » qui traînent avec des rastas alors que toute personne qui connait même un tout petit petit petit petit peu le Sénégal sait qu’aucune famille honnête ne laisserait traîner sa fille avec un rasta. C’est comme ça. C’est pas moi qui l’invente. Je ne dis même pas que c’est bien ou pas bien : je constate seulement ! Et c’est souvent ce type « d’Européen(e)s à rastas » qui eux vont juger les autres occidentaux en leur disant qu’ils ne connaissent rien à la société sénégalaise…. Tout ça parce qu’eux savent dire merci en wolof et bouffent le thieb avec les doigts.

  3. Je viens de lire l’article sur les connes, et ça m’a fait rire. Non je n’ai pas rit jaune, oui j’aime l’humour noir:-). Je suis blonde et mon mari sénégalais, qui vit avec moi depuis 10 ans, est noir depuis toujours ou presque ( il était blanc les deux premières heures de sa vie), est officiellement français depuis 6 ans mais paie ses impôts en France depuis bien plus longtemps. Mais il reste sénégalais, il peut se revendiquer d’être les deux..ou pas, qu’importe. Mon mari est lui même… avec sa double nationalité! Pour ma part, je me fais tresser à chaque fois ou presque que je vais au Sénégal pour d’autres raisons que je ne vais pas citer ici car je ne voudrais surtout pas avoir l’air de me justifier dans le but de contrecarrer la théorie de Christian et d’être l’exception qui confirme la règle des grosses connes, J’aime mettre des pagnes, accessoirement des bine bine, je jouais du djembé avant de connaître l’Afrique (ouf), et je me mets à bouffer du riz tous les jours quand je suis au Sénégal. Je ne me suis pas encore fait tatouer l’Afrique dans le dos car cela pourrait paraître incongru que le cap de bonne espérance pointe sur la cime de mon séant mais surtout si demain je tombe amoureuse du Boukistan, j’aurai l’air fin! je préfère me faire tatouer le prénom de mes enfants, il faut que je me renseigne sur les tatouages bio d’ailleurs! Je tiens à rester une blonde écolo dans la mesure du possible!
    Par contre concernant, les réalités économico-politico-sociétales, je pense donc je suis (Descartes)… une vraie blonde! 🙂 ( la vraie blonde aime citer ses sources);

    Nul n’est censé ignorer la réalité mais chaque être est libre d’être et de se revendiquer comme il l’entend, dans la limite de l’entendable pour certains, dont les limites de l’acceptable auront été atteintes! On peut rire de tout mais pas avec tout le monde!(Desproges); on peut être qui l’on veut être mais on ne pourra pas plaire à tout le monde! Alors essayons d’être fidèle à nous même, d’avoir un peu d’humour, et de respecter les autres, sans jugement de valeurs, essayons juste de voir avec le coeur ( presque Saint Exupéry) d’avoir l’intelligence du coeur 🙂

    vive le Sénégal, vive la Blonde, vive l’Humour et vive l’Amour 🙂

  4. Ha ha. Ben figure toi que tu n’est pas la seule à voir les choses d’un oeil différent une fois « in vivo ». Quand j’ai écrit cet article ce n’était pour heurter personne mais pour faire un peu réfléchir chacun. J’ai plein de copines qui se sont reconnues dans le portrait.. 5 minutes. Même quand mes grands-parents sont partis partis en vacances y’a peu de temps au Sénégal et que ma grand-mère m’a envoyé une photo avec tresses et boubou j’ai frémi (elle le refera plus m’a-t-elle juré). Faut donc pas prendre tout ce que j’écris au premier degré. Mais la vérité, c’est que oui chacun doit rester lui-même et il est ridicule pour faire semblant de « s »intégrer », de trouver tout ce qui se passe au Sénégal fantastique et formidable. La vie est dure et ce que quelques touristes prennent parfois pour un mode de vie idyllique n’est qu’une simple adaptation à la pauvreté et aux problèmes quotidiens. Le Sénégal, je l’ai pas connu dans un hôtel de Saly. Je l’ai connu à 18 ans à Dakar sans un sou et les années passant à passer des semaines et des mois dans les endroits les plus reculés du pays. Je l’ai connu aussi avec du fric, plus tard, et sais ce que ça implique également. Bref, content de voir une lectrice de Senegalaisement….

    • et bien si je m’attendais à avoir un commentaire de l’auteur de l’article que je cite!! Les gens ont du mal à prendre les choses au second degré!! moi-même votre article m’avait tout d’abord révoltée ,peut-être m’y étais je reconnue sur quelques point et par conséquent en étais ressortie vexée à la première lecture.
      je me demandais à l’époque s’il avait était écrit par un sénégalais ou un toubab d’ailleurs!!

      • Ben c’est justement le problème qu’on a tous (y compris moi donc) : pour évaluer la portée de ce que pensent, disent ou écrivent les gens on s’interroge sur qui ils sont (couleur, religion, âge, gueule, sexe, etc…). Même si je n’y arrive pas toujours, j’essaye le plus souvent possible de me demander si ce que je lis est vrai et juste sans réfléchir à qui a pu émettre ces paroles. C’est un peu la polémique sur le film Django. Un Noir a le droit de dire le mot « nègre » et pas un blanc… Un Juif peut faire des blagues juives. Pas un musulman. Et c’est pareil pour tout : pour les gros, les handicapés, les Ouzbeks ou les coincés du cul. Un Français qui donne son avis sur la politique au Sénégal est un néocolonialiste. Un wolof qui écrit un article sur l’endogamie des Peulhs est un ethniciste…. Les exemples sont infinis.

  5. J’imagine le meme genre d article d une francaise jugeant les immigres, ces pauvres cons arrivant en France plein d espoir et dans le meilleur des cas qui finissent vigile dans un supermarche. Mais reveille toi mec, et rentres chez toi au soleil, ici c est pas le reve americain. Mouah ah ah …Enfin, ca m a fait bien marrer ce post

  6. Je suis en mesure de comprendre que vous soyez une maman active et débordée mais de grace que cela ne vous empeche pas d’etre aimable et polie avec une visiteuse.N.B:c’est la toute première fois que je laisse un message içi.Merçi pour votre accueil…

    • je ne vois pas en quoi je n’ai pas été aimable ou impolie avec votre message vous m’accusiez de ne pas publier les commentaires qui me dérangent!je vous ai répondu que ce n’étais pas le cas !! désolée d’avoir été brusque je m’en excuse

  7. Chacun a le droit de se définir comme il l’entend à partir du moment ou chacun le fait sincèrement.La majorité des français vivent entre eux au Sénégal comme partout en AFRIQUE d’ailleurs.D’autres font l’effort d’aller au contact de la population locale sans préjugés et sans idées reçues.Etre africain,c’est avant tout une manière d’etre et une manière de penser.Revendiquer son africanité est une marque d’attachement du pays qui le reçoit.Le terme TOUBAB est utilisé par les sénégalais… qui sommes-nous pour juger qui est africain,qui ne l’est pas.Un manque de tolérance manque aussi…

  8. et pourquoi se tresser ou s’habiller en vêtements traditionnels ne seraient pas tout aussi stupide? parce que toi tu fais ça donc tu tolères?
    j’aime bien ce blog, tes billets ont souvent pas mal d’humour, mais le jugement perso je n’adhère pas
    si ces femmes sont heureuses comme ça alors tant mieux
    moi aussi je trouve un peu poussé l’idée de la carte de l’Afrique tatouée sur le corps et en même temps qui est on pour juger?

  9. Pour ma part, je me suis beaucoup plus senti chez pendant 7 ans à Dakar que 25 ans en France. Tout dépend qu’elle vision on a du pays où l’on se trouve.
    Je ne me sens pas chez moi en France sans renier mon pays.

  10. tu as entiérement raison et pour ces femmes qui se disent AFRICAINE ou qui se font tatouer la carte du pays , pour moi elle n’ont AUCUNE personnalité et limite me font pitié.
    Certes tu peux aimer ce pays , tu peux t’y sentir comme chez toi , réver de vivre la bas mais de là a dire que tu es une AFRICAINE ..
    Le jour où mon mari se fait tatouer la carte de france sur son torse alors là ok je me mettrais a genou devant ces femmes en demandant pardon mais en attendant .. qu’elles cessent leur délire;

    Ne jamais oublier ses racines ni d’où l’on vient !

    • voilà tu as bien résumé ma pensée!! d’ailleurs je voulais le mettre dans mon article que si nos maris africains se faisaient tatouer la carte de la France , tout le monde trouverais ça stupide!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s