Deux ans au Sénégal :le bilan !!

Par défaut

2 ans

Voilà ça y est, cela fait deux ans que nous sommes venus nous installer  à Dakar et ça fait un moment que je réfléchis à l’écriture du bilan de cette deuxième année.

La date de  » l ‘anniversaire »  de cette deuxième année   au pays de la Teranga coïncide à une dizaine de jours prés à notre retour de vacances en  France et j avais un peur qu’en écrivant cet article à chaud  encore pleine d émotions, encore attristée par les au revoir déchirants d’avec la famille, je ne dépeigne un bilan bien négatif  de mon aventure sénégalaise.

Alors j’ai laissé passer quelques jours, histoire de digérer  et me voilà devant le pc et je ne sais pas par quel bout le prendre !

Une chanson  me vient en tête :

 Le temps passe et passe et passe 
 Et beaucoup de choses ont changé 
 Qui aurait pu s'imaginer que le temps se serait si vite écoulé, 
 On fait le Bilan, calmement en s'remémorant chaque instant…

Et donc revenons en à nos moutons (c’est bientôt la Tabaski !!), alors cette deuxième année ?

Comme le bilan de l’année dernière commençons par le : « on s’y fait, on ne  s’y fait pas » , histoire de voir si certains on s’y fait pas auraient glissés dans l’autre catégorie et si il n’y aurait pas des petits nouveaux !!

On s’y fait :

 Les routes ou plutôt pistes : tiens un petit qui était dans la catégorie « on ne s’y fait pas » de l’année dernière .Force est de constater que ce n’est pas parce que tu vas passer la moitié de ta vie à râler car les routes sont merdiques   un peu partout dans Dakar que tout à coup Macky Sall va se plier en quatre pour  te faire une  jolie route goudronnée devant chez toi, juste pour tes beaux yeux !

En partant de ce postulat, Il ne te reste plus qu’à savourer lors de tes séjours en France ce goudron à perte de vue  et à bien t’accrocher à la portière de la voiture quand tu reviens à Dakar !

La circulation à Dakar : au final ce n’est pas si terrible que ça , Il  suffit de s’équiper d’une bonne dose de vigilance ,d’un soupçon de culot , d’un peu de valium et surtout d’un gros 4X4 .(je suis le Roi du Monde…. Hum pardon  c’est un peu la sensation que tu as quand tu dépasses une Twingo !!) Tu devrais  pouvoir circuler sans frôler la crise cardiaque !!

Les salutations : dire bonjour, ça va  et la famille, et les enfants  etc. 30 fois à la même personne dans la même journée, c’est plutôt sympa en fait et surtout beaucoup plus chaleureux que la soupe à la grimace qu’on nous sert quotidiennement en France!!

Avoir froid quand il fait 22 degrés  et répondre aux gens « mais t’es fou il fait trop froid pour aller à la plage !! » Ca y est je  crois que mon cerveau fait le rapprochement entre le mois de décembre et  25 degrés !

La non- ponctualité ou retardite aigue : en v ‘là un qui faisait déjà  partie des « on  s’y fait  » mais  ça va encore plus loin cette fois ci  car c’est que cette cochonnerie est contagieuse maintenant quand j’ai rdv à 14h, à 14h05 il m’arrive parfois d’être dans ma douche ! et désormais si je donne rdv à quelqu’un et que cette personne est en avance , je suis en panique car bien évidemment moi j’ étais loin d’être prête !!

 On s’y fait et on adore :

La proximité des artistes : aller à un concert de Duggy tee et papoter avec lui, faire connaissance avec les musiciens d’Awadi, pouvoir croiser Philipe Monteiro dans  son hummer jaune (Phiiiiiliiiiiiiiiiiiiiiiipe !), Viviane Ndour, Naby , Carlou D …

Manger, boire, se relaxer  au bord de la mer presque toute l’année : on ne va pas se mentir, on est quand même plutôt privilégiés, même si certains expats font des manières avec la propreté de l’eau et la pollution …comme si les plages françaises étaient  mieux tiens !!

Se faire un régime mangue /mangue : je ne sais pas si un jour j’en aurais marre de ce fruit mais pour le moment je me régale !! et c’est bon pour la ligne car comme tu le sais la Toubab est à la diète

On ne s’y fait pas :

Prendre un taxi : rien qu’avec eux je pourrais faire un livre en plusieurs tomes d’ailleurs ! J’en ai eu des mésaventures avec eux et parfois rien qu’à l’idée de devoir en prendre un , je laisse tomber je préfère ne pas sortir !

Wakhale : même si cela faisait parti de la catégorie des  «on s’y fait » ça y est ça  me saoule ! Prendre un taxi , wakhale…acheter des chaussettes , wakhale…acheter une robe pour sa fille , wakhale …acheter des chaussures , wakhale….reprendre un taxi…etc .etc.

Les scandales dans les journaux : en France si tu n’achètes pas voici , gala etc tu peux ne pas être au courant de la couleur de la  petite culotte de Kate Middleton , ici toutes les 5 minutes et même dans des journaux plutôt sérieux tu sais que telle ou telle tiaga danseuse n’a pas porté de culotte pour son dernier show !! ou que tel ou tel mannequin possède 50 petites culottes!!

Les coupures d’électricité : donner à manger à ses enfants à la lueur d’une bougie ça n’a rien de romantique, leur prendre une douche dans le noir ce n’est pas mieux ! Passer une soirée sans internet, tv, micro onde, bouilloire etc ça le fait pas ! Et c’est là que je me rends compte à quel point je peux être matérialiste sur ce coup là !!

Le système médical : après avoir accouché ici, je suis devenue  plus que méfiante et ne fais que prier pour qu’il ne nous arrive rien de grave InchAllah !!

On ne s’y fera jamais :

Aux morts qui auraient pu être évités : gens qui traversent l’autoroute, enfants qu’on laisse se laver sous la pluie si forte de l’hivernage et qui finissent noyés, personnes mortes dans des effondrements d’immeubles …et j’en passe

Aux inondations de l’hivernage : assister chaque année impuissante aux dégâts causés par les inondations, voir que même avec les mesures (soit -disant) prises par le gouvernement, le même scénario catastrophe se reproduit chaque année

La pauvreté : que ce soit les mendiants  ou encore les Talibés, je voudrais bien me transformer en Joséphine Ange Gardien et d’un claquement de doigts tout arranger !

Bref je ne vais pas continuer à te lister tout un tas de trucs car je pense que ce serait très long !

Cette deuxième année n’est  pas très différente de la précédente je n’ai pas l’impression de me sentir plus chez moi que l’année dernière ! Je pense que c’est plus du à ma situation familiale qu’au Sénégal en lui-même, avec des enfants en bas âge  pas facile de découvrir Dakar, avoir une vie sociale et s’intégrer tout simplement ! On m’a souvent dit depuis mon arrivée que les deux premières années sont les pires …alors je suis pleine d’espoir pour cette nouvelle année qui commence pour nous ici !!

Publicités

"

  1. Il est intéressant d’avoir des avis divergeant sur la vie au Sénégal mais regardez bien ce qui se passe en France! bientôt il faudra se cacher pour téléphoner ou prendre un verre en terrasse. Ici je peux tout faire ou presque sans me demander si c’est autorisé ou pas ,et quand malheureusement je me fais pincer par un gendarme ou policier( ça m’arrive car je ne met jamais de ceinture)ou pour avoir grillé un stop !!!!, la négociation devient un jeu , car avec eux le dialogue est possible( contrairement à notre police bornée Française) et dans la plupart des cas vous vous en tirez pour un billet de 1000 ou 2000 cfa ( 1 euro 50) .Alors je me dis que je fais bien de vivre ici 6 mois par an . J’apprécie aussi mes repas pris tous les jours au restau Sénégalais ou je mange mon Tieboudjen ou riz au poisson pour 1 euro . Alors vous ne me ferez pas changer d’avis même si quelquefois on entend ici ou là des problèmes plus ou moins graves mais sachez bien que si vous êtes parfaitement intégré et si vous gardez toujours un peu de distance pour ne pas vous laissez envahir ,ce pays est vraiment merveilleux.
    Je ne vous quitterais pas sans vous inviter à passer le réveillons du jour de l’an sur la plage les pieds dans l’eau autour du feu de camp avec des langoustes grillées et crevettes marinées ,champagne pour 25 euro par tête de pipe..Elle est pas belle la vie……….
    Bonne journée à tous

  2. je suis née a Dakar et j’y ai vécu toute mon adolescence mais le wakhalé dale je ne m’y suis JAMAIS faite! j’aime beaucoup votre bilan surtout la partie on ne s’y fera jamais! Joyeux anniversaire 🙂

  3. Pingback: Une toubab à Dakar - Deux ans au Sénégal : le bilan !! | SeneNews.com

  4. Salaam aleikoum sokhna ci
    J’ai eu envie de te donner des petits trucs pour prendre le taxi. J’entend d’autres toubabs se plaindre, mais moi, bizzarement peut-être, j’ai pas de problèmes avec eux. Et même si je suis khess je paye le prix normal!

    Tu dois déjà le faire, mais commence toujours par salaam aleikoum, tu peux rajouter « serigne bi » ou « goor gi » ou bien « baye fall » dépendemment de la tête du chauffeur.
    Ensuite, si tu peux, parle seulement wolof!

    -Salaam aleikoum serigne bi, dama beugoon dem Colobane.
    – Wow, defal 4000
    – 4000! beurina dé, xamna djiaxoul lolou guin! man, walahi, 2000 la meuna faye.
    – defal 3000 graoul
    – Dédet, 2000 la wakh. Li la am rek. So baxoul ci yow, ma djell keneen graoul. Merci

    Et là ils me disent d’entrer la plus part du temps.

    Pour le prix, eh bien, pas besoin de prendre le premier qui passe! Moi je dis le prix que je sais être le bon.
    Ca ne vaut pas ça: Djiaxoul lolou (utilie en négociation aussi)
    Moi, je connais le prix: Man, Xamna prix bi

    Des fois, j’ajoute un petit « ngri yalla » les yeux piteux, c’est presque qu’un mot magique, mais je veux pas trop abuser! (C’est bon si il pleut et qu’ils disent des prix pas croyables) Comme t’es convertie, utilise ça à ton avantage! T’as l’air d’être mouride, tu peux rajouter des petits « barké sérigne bamba » ou bien « barké borom touba » quand tu les convaincs que t’as pas beaucoup. Observe les photos dans le taxi.

    En entrant dans le taxi, dis « bismillah », fort ou dans ta tête, de toute façon c’est une bonne chose à faire à tous les jours, pour chaque chose que tu entreprends.

    Durant le chemin, un classique: « Mais, vraiment, li ngay wakh tuttina, Colobane sorina torop » (j’habite à guediawaye, j’entend souvent ça si je rentre chez moi)
    « Cou bakh (important, tu lui flate l’égo), man 2000 la wakh, man wakhna la ben prix di ma arranger rek, mais xolal, so baxoul ci yow, graoul, maïma wacc fi, ma djell beneen taxi » Sur un ton posé mais ferme
    Ça a toujours fonctionné pour moi.

    Ensuite si tu lui sors un 5000, ou PIRE 10 000, et qu’il te fait la passe que « tu m’avais dit que t’as pas beaucoup », sors lui la liste des choses à faire avec ta monnaie.
    « Sama doom dafa feber dama wara dem hopital jend ordonnace »
    « Bi, dou sama xaliss, sama depense la »
    etc. sois créative

    ou mieux
    « Boul niak fayda, 2000 la niu wakh, legi jokh ma sama weccett ma dem! »
    (Ne perds pas ta dignité, on avait dit 2000, maintenant donne moi ma monnaie que je partes)

    En tout cas, il n’y a pas de formule magique. Mais montre que tu as de « diom », que tu n’es pas une petite femme toubab sans colonne qui vient de descendre de l’avion.

    Bégué bou weuurr
    Tali bougatt

    • Je trouve ces « mises en scènes » détestables et fatigantes à la longue. Quand je veux prendre un taxi, j’annonce mon prix et je reste ferme, si le gars n’est pas d’accord je passe au suivant. En général le gars revient et accepte. Il ne manque pas de taxis dans les villes, on a le choix entre les taxis à tarif réglementés et les clandos, donc pas la peine de se livrer à tous ces salamalecs ni de raconter sa vie, il suffit d’être poli, souriant et respectueux. C’est tout.

      • Ah oui d’accord, moi aussi j’annonce le prix, ok,pas ok, je lève la main et passe au suivant, cela marche vite et bien…..

      • Je suis d’accord avec vous j’annonce le prix et s’ils ne veulent pas, c’est au suivant. On ne va pas passer sa journée a sortir des ngri Yallah .

  5. Et oui les retours…toujours un peu troublants en revenant de France!! Comme je l’avais déjà écrit j’ai passé 15 ans sur le territoire de Ouakam, plus deux ans avant de visites régulières…un parcours…certaines impressions sont communes et je partage. Pour ma part ce sont mes premières années les meilleurs, les dernières étaient plus complexes, partagées entre amitiés de longue durée, avec mon coeur sénégalais que beaucoup ne voyait que « toubab », se sentir malgré une intégration et immersion presque totale, une étrangère sans cesse, constater que peu de choses changent malgré la conscience de tous qui attendent trop que cela viennent d’en haut sans se prendre en charge, du gouvernement sans vouloir payer d’impôts, se plaindre de la difficulté de la vie (à juste titre) et continuer de faire des enfants sans grand avenir, souvent livrés à eux-même, auxquels ont administre de temps en temps des « trempes » qui me hérissait le poil, sans explications, sans dialogues, (cela je ne supportais plus, entendre les « baal ma » implorés par les enfants, et les coups continués…), les ordures et les eaux sales déversées devant ma porte et partout, et personnes qui veut entendre raison sur cette cause première d’insalubrité qui amène le palu et bien d’autres problèmes, ainsi qu’en période de pluie, les « rivières de Ouakam ou d’ailleurs charriant les ordures déversées, et le contenu des fosses, ou des enfants se baignent sous le regards des adultes…non, j’étais trop triste de voir mes espoirs vains pour une catégorie sociale, démunie de ne pouvoir faire que des discours de sensibilisation, qui ne servaient à rien….et la liste serait longue, trop longue, alors je suis rentrée.
    Mais je pense au pays souvent, j’ai aussi la nostalgie de ce rythme, de cette humanité qui manque ici, le Sénégal est un pays ou tout est possible, en France ou plus grand chose ne l’est, trop carré, trop cadré, il faut apprendre à respirer, à voyager sans échanges….
    Alors profitez de la vie là-bas, de tous ces aléas qui font la vie riche, les pistes mêmes défoncées valent mieux qu’un goudron rutilant, les troupeaux de zébus mieux qu’un embouteillage, au moins la nature est encore vivante…et les gens qui l’occupent aussi.

  6. J’ai connu pour la 1ère fois le Sénégal en 94, lorsque nous avons vu la pauvreté , avec notre coeur d’artichaut (je suis bretonne) on c’est dit c pas possible faut faire quelque chose faut aidé…. Nous avons a notre retour en France remué ciel et terre pour des médicaments, matériels scolaire etc etc.. Entre temps on s’est entiché d’un jeune de 19 ans… (antiquaire) L’année suivante sommes revenus Lui ,l’avons fait venir en France 2 fois De fil en aiguille revenions au Sénégal tous les ans On va dire que personnellement je suis tombé dans la marmite …Au début 15 jours, voir un mois ensuite 3 mois et puis huit mois Avons entre temps acheté terrain et fait construire … Et puis avons finit par vendre tout ce que nous avions en France Et je ne regrette rien a part, mes enfants et petits enfants,amis et mon potager de France.. Les routes c sur mais avec un 4X4 ce qui ici n’est pas du luxe est indispensable.. Les coupures d’électricité y avons parés avec le solaire La pluie c’est 3 mois par an et un fait exprès pour toi c’est la 1ère année ou nous voyons tant d’eau Bien sur tout ce que tu dis c’est exact. Mais quand même nous Toubabs ne sommes pas malheureux La seule chose que je déteste c’est l’incivilité de quelques petits cons Mais ça aussi en France ils sont légions La saleté, le manque de parole et le mensonge Et ça ils sont forts les sénégalais !!!!
    Pour manipuler et pourtant les connaissant je suis toujours sur mes gardes malgré tout ils y arrivent encore … Et puis bien sur leurs fameuses prières qui commencent a 22H avec haut parleur et se terminent a 2H30 du mat.. car nous savons tous qu’Allah est sourd Mais j’avoue que ça aussi depuis le nouveau gouvernement ça tendance a diminuer Ouf…Mais bien sur je ne suis pas ici pour le travail Donc ce n’est pas la même vie que quelqu’un qui doit travailler ici Je suis sur que mon œil ne serait pas aussi condescendant, si je devais bosser dans un bureau Dans l’administration et les grosses boites ayant leur siège en France J’avoue qu’ils sont zen …. Attendre une matinée a Dakar pour avoir un chq mal libellé et aller le refaire C pas de la tarte surtout quand il fait très chaud…
    Ne t’inquiète pas Tu vas vite t’apercevoir qu’il y a plus malheureux que nous ….
    Bon courage a toi pour la rentrée scolaire Ce matin j’ai lu qu’un troupeau de Zébu ne voulait pas te laisser passer Avoue que c’est drôle Tu n’as pas ça en Alsace 😉

  7. Bonjour, je ne vis pas actuellement au Sénégal mais j’y ai vécu pendant des périodes plus ou moins longues dans des conditions plus que précaires. Mon bilan pourrait être un peu semblable au tien, je voit qu’années après années rien ne change vraiment. Pour ma part une inquiétude en plus : les structures médicales, étant donné que je ne suis plus toute jeune.
    Et dans les « on ne s’y fera jamais » je rajouterai le fatalisme « c’est Dieu qui veut çà », qui laisse la porte ouverte à bien des négligences et de laxisme par rapport aux évènements de la vie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s