Archives de Tag: car rapide

Mes aventures « taxiesques »

Par défaut

les-rues-de-dakarJe sais je sais, cela fait à peu près…. Trop longtemps que je n’ai pas écris d’articles (presque 2 mois , shame on me)!! il faut dire qu’un nouveau job et tout un tas de projets plein la tête ça n’aide pas à avoir du temps pour soi !
Bon là c’est ma pause et j’ai une petite heure pour te raconter un peu ma vie !!
Depuis que je bosse au centre-ville je prends le taxi deux fois par jour et plus je le prends moins j’aime ça ! il faut dire que je vais finir par penser qu’on m’en veut !!
Malgré les conseils de Belle maman :
– prendre un taximan âgé qui possède un taxi neuf
– ne pas prendre ceux qui klaxonnent ou interpelle
– ne pas négocier, c’est ce prix-là ou tu passes ton chemin

Malgré cette préselection on dirait qu’en matière « taxiesque » j’ai une poisse extraordinaire !
Prendre un taxi et se retrouver à l’autre bout de Dakar car le taximan ne connait pas l’endroit où je vais malgré qu’il m’a assuré le contraire quelques minutes auparavant c’est mon quotidien !!

Il y a quelques jours, un vendredi, je quitte à 13h le boulot, j’arrête un joli taxi aux vitres électriques et à la carrosserie étonnamment peu bosselée, je ne négocie pas, il accepte tout de suite mon prix …c’est merveilleux ! On démarre et là tout à coup il prend une rue, puis une autre, un raccourci, pense-je !!
Et puis je me retrouve sur ce que je pense être l’autoroute …l’opposé de chez moi ! J’appelle mon mari et là se pose un problème, je ne peux pas lui dire en français ou en wolof ce qui m’arrive, d’autant plus que je suis assez énervée et plutôt flippée et que je risque de légèrement insulter mon chauffeur !
« I have to speak in English, don’t ask me why!! I’m in the middle of nowhere, coz’ the fucking driver of the car doesn’t know where Ouakam is!! I don’t know what to do, or what to say!! And I’m going to freaking out in a minute”
Et lui de me répondre
WHHHHHHHAT????? Speak slowly I don’t understand!!! »
Tu sais mon chéri , YOU don’t need to speak english , he doesn’t hear you!!
Bip bip bip plus de batterie!!

Ps : pour les non anglophones :
« je dois parler en anglais, ne me demande pas pourquoi !!je suis au milieu de nulle part, parce que le …bip… De chauffeur ne sait pas où se trouve Ouakam. Je ne sais pas quoi faire ou dire et je fais faire une crise de nerfs dans une minute. »
Et lui de me répondre
« QUUUUUUOI ????? Parle doucement, je ne comprends pas !!! »
« Tu sais mon chéri, tu n’as pas besoin de parler en anglais, il ne t’entend pas !! »

Finalement je suis arrivée à bon port après plus d’une heure de trajet, avec un chauffeur tout sourire me disant : « you américaine, c’est bien, c’est bien ! »

N’empêche que j’ai eu le temps de m’imaginer tout un tas de scénarios possibles : le viol, la traite des blanches et que sais-je encore …moi parano ?? À peine !
Plus de peur que de mal, mais voilà pas que ça recommence hier ,1h de trajet aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !! après le boulot en plein Ramadan, je me demande si je vais pas finir par prendre un car rapide , ou une charrette tiens !

Publicités

« Mon » Sénégal en 26 mots part two

Par défaut

 

Chose promise, chose due …voilà la suite tant attendue (ou pas)

N comme Ndiaga Ndiaye récemment on m’a un peu reproché  (gentiment  hein) de ne pas faire la différence entre  Ndiaga N’diaye et car rapide, pour moi c’était la même chose  à une seule différence près : la couleur.
Le premier tout de blanc vêtu, et le deuxième aux couleurs locales.Je ne m’étais pas apperçu au dela de çà que ce n’était pas la même chose ! certes c’est fun pour un touriste, ou quelqu’un qui revient au Sénégal après une longue absence  et pour qui cela aurait un gout de «  reviens-y ».
Mais demande à la femme qui fait le ménage chez moi ou à tout autre Dakarois qui est obligé de prendre tout les jours ces boites de sardines où il règne une chaleur étouffante  si çà l’amuse !
Sans parler de leur façon de conduire, comme disait mon grand-père, ils ont du avoir leur permis dans un paquet de Bonux !

O comme  Ouakam : où nous habitons , au début on va dire que Ouakam et moi çà faisait deux  voir trois, il faut dire que la première rencontre a été un choc, poubelles odorantes, chaleur étouffante, poussière encombrante ,cette ville n’avait rien de charmante (pour la rime !)Mais après quelques mois passés ici je me rends compte que je suis presque fière d’y habiter, j’ai vu récemment une magnifique  photo de Ouakam et je me suis exclamée : « Mais c’est chez moi çà ! »

P comme  plastique : un vrai fléau ici, le moindre truc que tu achètes est dans un joli sachet noir que la plupart des gens jettent à tort et à travers .mais quand je te dis le moindre truc , c’est grave , tu achètes un cube Jumbo , ou un stick nescafé à la boutique du coin et on te l’emballe !
Ces sachets décorent désormais les arbres et polluent tout le Sénégal, çà vole partout.
Le problème des ordures est impressionnant ici, entre les grèves des ramasseurs et l’inconscience des Dakarois qui polluent sans se soucier des conséquences !le pire je dirais est que ce sont ceux qui polluent qui sont capables de râler  car la ville est sale.

Q comme querelle : les querelles dans la rue pour tout et n’importe quoi sont très fréquentes ici , mais çà ne va jamais très loin ! çà crie, çà rale  et puis la vie reprend son court  très rapidement. Je n’ai jamais vu des gens en venir aux mains, pourtant chaque jour dans notre rue, il y a une scène en bas  de l’immeuble. Deux voitures ne pouvant pas passer en même temps cela provoque un embouteillage  à chaque fois que deux têtus décident  chacun dans leur voitures respectives qu’ils vont passer en premier ! Et d’une querelle entre deux protagonistes on passe vite à un sacré bordel réunissant une trentaine de personne, chacun choisissant son camp et donnant de la voix pour son candidat à la priorité de passage !
Une fois les insultes de rigueur prononcées, l’un des entêtés finit par céder et la foule se disperse.

R comme Riz : OMG … Oh My God , je n’en peux plus ! du riz par ci du riz par là , j’en ai fait une overdose, depuis j’ai fait ma RIZvolution, le riz c’est le vendredi .Le reste de la semaine , un tiep bou dienn peut se balader nonchalamment devant mes yeux que je resterais impassible.
Certes j’adore les plats Sénégalais (le mafé et le Yassa sont mes préférés) mais trop de riz, tue le riz !

S comme Salam Aleykum : ou encore Salutations  çà peut durer des plombes, on te demande comment vas toute ta famille , les affaires etc et quand c’est fini on recommence mais çà tu peux le voir écrit dans tout les livres sur le Sénégal.
Moi ce que j’adore c’est quand un homme d’âge certain ou d’un certain âge te tient la main pour te saluer et ne te la lâche pas malgré tes nombreux efforts pour essayer de l’extirper.
C’est comme çà que yeux dans les yeux avec Tonton X je me suis retrouvée dix minutes coincée :

«  Çà va Mme D ? Çà va Hamdoulillah ! »

«  Mme D çà va, Hamdoulillah  çà va » etc…

Le Salam Aleykum au début  tu le dis en entier, puis petit à petit tu le dis si souvent qu’au final, tu dis  «  sssssss…um » et tu bouges les lèvres entre le début et la fin, il y en a même qui se contentent de bouger les lèvres sans émettre un son !
Une autre particularité qui me fait marrer c’est la répétition sans fin du nom de famille deux femmes se saluent : Diop, Diop, Diop Diop et l’autre en face Diouf, Diouf, Diouf, Diouf…
on aurait pu développer Saï-saï aussi ! mais je vous laisse en parler!

T comme Thiouraye : j’ai toujours été fan d’encens, en bâtonnet, en cônes mais depuis que j’ai découvert le Thiouraye je ne peux plus m’en passer (sauf pendant mes grossesses, je ne supportais pas l’odeur).Cet encens a de nombreuses  fonctions en dehors de celle de parfumer agréablement la maison.Les femmes sénégalaises ( mais pas que !)utilisent ce produit pour » ferrer » leurs hommes à la maison, d’ailleurs les noms de Thiouraye sont très évocateurs en général, il y a par exemple (en Français sinon tu vas pas comprendre) : pas bouger, quatres appuis (hum hum) etc etc
D’ailleurs il faut que j’aille voir le Dr Thiouraye au marché HLM5 qu’il me fasse mon petit cocktail maison qu’on pourra appeler « passion Toubab » ou encore « envoutement  à la Toubab »

U comme Uruner  partout dans Dakar il est interdit de faire pipi sur les murs pour prévenir de cet interdit, fleurissent des messages tagués  çà et là où l’on peut lire parfois : « InterdUction d’UrUner » ou « ne pas UrUner sous peine d‘amande » (celui-là j’aurais du le prendre en photo)
L’orthographe n’est vraiment pas le fort de tout le monde (y compris celui de certains de mes amis facebook d’ailleurs) .ce qui m’étonne le plus c’est quand il s’agit d’ un projet bien réfléchi, genre l’ouverture d’un magasin avec une vraie enseigne , sur laquelle je suppose plusieurs personnes ont travailler  et qu’on laisse passer une belle faute de frappe : « nettoyage à séc », « société de transport en commin » et j’en passe !!
Même Canal info news et Rdv s’y mettent, j’ai pu lire sur la première chaine : » les libéreaux » et sur la seconde « publicitère »
C’est comique parfois.

V comme ventilateur : je tiens à remercier un grand Monsieur, Mr Ventilo, l’inventeur de ce merveilleux engin qui sans son existence rendrait la mienne impossible. En Lorraine on se colle au radiateur, ici on scotche cette machine à vent. En passant si Mr Climatisation est  dans les parages, lui je lui ferais bien un gros poutou !

W comme Wakhale ou marchandage, alors là c’est incontournable, il faut tout marchander ou presque  et moi en tant que Toubab je suis passée par plusieurs étapes de mon processus de Wakhalisation , la peur de l’arnaque , l’amusement et la routine (je développerais çà certainement dans un prochain article tiens !)

X comme Xessal :ce phénomène ici fait des dégâts, à force de  vouloir de dépigmenter la peau, certaines femmes ne ressemblent plus à rien, elles arborent un teint jaune papaye  qui vire parfois au vert . Leur joli teint ébène n’est plus qu’un souvenir  et au-delà de l’aspect esthétique, les conséquences sur la santé sont nombreuses : allergies de peau, problèmes gynécologiques, problème ophtalmologiques, C’est le monde à l’envers les Toubabs veulent bronzer à tout prix, et les femmes noires éclaircir leur peau  sans se soucier des conséquences.

Y comme Yassa  :le premier plat sénégalais que j’ai mangé il y de cela une bonne dizaine d’année, un de mes plats préférés, je l’aime au poulet et au poisson, à ma façon (en rajoutant  merguez et poivron,) mais surtou il faut qu’il soit bien citronné, moutardé et cube jumboïsé !)

Z comme zouer : comme ze suis , le zournal aussi. Beaucoup de gens ici prononce un Z au lieu d’un J et un ch  au lieu d’un S aussi .ce qui est drôle ce n’est pas de se moquer du genre : « ahahahaha mais il ne sait pas parler celui-là «  NON ce qui est drole c’est quand quelqu’un qui a un discours très sérieux à prononcer et qu’il commence par dire : »Bonzour » , le reste du discours est difficilement « écoutable sans le sourire aux lèvres !

Voilà çà c’est mon Sénégal à moi!!

Sur ce je vous laisse car aujourd’hui c’est veille de Ramadan pour nous et Vendredi , alors c’est tenue de rigueur et un bon tiep bou dienn chez Belle-maman!

l’Art de circuler à Dakar où comment ne pas mourir d’une crise cardiaque!

Par défaut
En fait pour circuler à Dakar sans frôler la crise cardiaque à chaque coin de rue , il faut maitriser certaines petites règles:La règle d’or est « celui qui a la priorité n’a pas la priorité » , la règle de la loi du  plus fort est omniprésente également ( Pajero Vs Twingo je te laisse deviner qui gagne!!)

A-La Priorité:

1.Le car rapide a TOUJOURS la priorité

2. En l’absence de car rapide (rare), c’est le taxi qui a priorité.

3. Le piéton n’a JAMAIS la priorité.
4. En cas d’absence de piéton (rare), c’est le deux roues qui a la priorité.
5. En cas d’absence de car rapide, de taxi, de piéton et de deux roues, c’est le véhicule le plus gros qui a la priorité (et des4x4 énormes il y en a des tas!!)

B-Distances de sécurité
1. Ne pas rouler trop près derrière un car rapide au risque de recevoir quelqu’un sur le capot en cas de rupture du train arrière.(derrière certains cars rapides il y a marqué « bonne chance » hum hum çà en dit long!

2. Ne pas rouler trop près d’un taxi au risque d’emboutir son pare-choc, marqué de « Sant Serigne Touba  » ou « A ma mère Anta Ndoye  » ou plus rare mais très rare  « I love Jesus » , en cas de freinage brutal consécutif au « PSST » d’un client.
3. Laisser une distance minimale de 2m50 lorsqu’on double une charrette pour éviter d’exploser la tête du cheval s’il regarde brutalement à gauche.
C-Sens de la marche, intersections
1. Le sens de la marche se fait préférentiellement vers l’avant, mais vous pouvez remonter la bretelle de l’autoroute en marche arrière si vous vous êtes trompé de direction
2. Un feu vert (si toutefois il y a un feu ) ne signifie pas que vous avez la priorité, il est là à titre indicatif ; regarder à gauche et à droite avant de traverser le carrefour. De toute façon, un feu fonctionnel est un phénomène extrêmement rare.
3. Pour tourner à gauche à un carrefour, emprunter la voie de gauche le plus tôt possible pour raccourcir le trajet et empêcher celui qui vient en face de vous ralentir

4.en cas d’embouteillage : doubler la file de véhicule par la droite, sur le trottoir de préférence.
5. Aux intersections embouteillées, s’engager le plus loin possible, par la droite ou par la gauche, pour bloquer le carrefour le plus tôt possible.
D. Signalisation lumineuse et sonore des véhicules
1. Statistiquement, une voiture qui met son clignotant à gauche tourne à 75 % à droite, à 5 % à gauche et va tout droit à 20 %
2. Il est indispensable de klaxonner dès qu’un autre véhicule est engagé, veut s’engager ou ne s’engage pas sur la même voie que vous.
3. Il est indispensable de klaxonner la voiture qui est arrêté devant vous au feu rouge AVANT que le feu ne passe au vert.
4. La nuit, rouler en plein phare pour montrer votre détermination au véhicule qui vient en face.
5. Les charrettes n’ont aucune obligation d’avoir une signalisation lumineuse la nuit.
F. Stationnement
1. Le stationnement est libre. Il se fait préférentiellement là où on veut et quand on veut.
2. En cas de panne ou de crevaison, ne pas déplacer la voiture, mais réparer sur place, surtout si on est au milieu d’un carrefour

Ce qui m’a impressionnée le plus ce sont les rond-point, les véhicules opèrent une sorte de glissement , je m’explique , tu arrives à un rond point , tu t’arrêtes surtout pas , tu t’engages et tu glisses , centimètres par centimètres et dès qu’un des véhicules faiblit et fait mine de renoncer à te bloquer la priorité , tu lui passes devant vite vite vite!!

Autant te dire que même après mes 10 ans de permis (oui 10 déjà je suis vieille!!) ben, je suis pas prête de conduire à Dakar , j ‘ai pas envie de mourir d’une crise cardiaque !!