Archives de Tag: mendicité sénégal

Enfance sacrifiée

Par défaut

P1030874

J’avais pris comme résolution de n’écrire QUE des articles positifs pendant un moment.
Pourquoi ?
J’ai parfois des divergences d’opinion avec certaines personnes, comme lors d’une discussion sur l’utilité ou le ridicule de manger au bol n’importe quel plat , même le steak haché/ frite (débat super intéressant visant à juger la sénégalitude d’un ou d’une toubab et de ses enfants), ou lors d’une discussion concernant le fait de ne voir la vie au Sénégal qu’en rose et ses déclinaisons de rose et d’être ainsi déconnecté de la réalité (selon moi , et ça n’engage que moi… d’ailleurs depuis cette discussion j’ai appris à prendre les gens tels qu’ils sont et à accepter la différence de l’autre … un gros travail sur moi ) !
Quand la conversation s’envenime et qu’un dialogue de sourd s’installe, la phrase finale pour me couper l’herbe sous le pied et ainsi me fermer mon clapet est : « de toute façon, TOI, tu vois toujours QUE le négatif ! »
Je vous ai déjà parlé du fait que je pense plutôt être réaliste que pessimiste dans mon article « ne me dites jamais que je n’aime pas le Sénégal » alors je ne vais pas y revenir.
Mais j’ai bien peur que cet article ne sonne pas très positif !
Il y a quelques temps alors que mon aîné revenait de son premier cours de Coran à la Mosquée, il est revenu dépité , tirant une tronche jusque par terre , il avait l’air traumatisé !Je lui demande évidemment que se passe-t-il ? Il me répond que quand les enfants n’écoutent pas ou s’ils chahutent, on les frappe avec une corde et il me précise que ce sont les mêmes cordes que celles utilisées par les maçons pour hisser leurs seaux en haut des constructions !
J’étais un peu désappointée, évidemment je lui ai demandé si on l’avait frappé, et il m’a répondu que non, je n’ai pas su quoi lui dire à ce moment-là.
Quand en France nous en sommes à tenir des discours sur l’inutilité de la fessée, à prôner la parentalité positive, ici la fessée fait partie intégrante de l’éducation.
Les personnes avec qui j’ai parlé m’ont raconté comment leurs parents ou même les personnes plus âgées du quartier n’hésitaient pas à les corriger, bien entendu personne n’en est mort et personne n’en est sorti traumatisé . J’ai tout de même un peu de mal avec ça , que quelqu’un d’autre qui n’est pas un parent puisse corriger mon fils , le réprimander oui mais le frapper non , question de culture tout simplement et je ne remets pas en cause la façon d’éduquer ici, je fais juste différemment !
Au-delà du fait que mon fils risque de se prendre un coup de corde, je me suis mise à penser aux Talibés qui sont si souvent dans mon esprit. Je me suis mise à les imaginer se faisant frapper .
Je me suis mise à penser à ce petit garçon au boubou vert usé dont j’ai croisé le chemin, il devait avoir l’âge de mon plus jeune fils presque trois ans. Je me souviens de son sourire, éclatant de blancheur, de ses yeux rieurs. Je me suis mise à sourire en repensant à lui, puis le sourire est tombé, j’ai serré mon fils dans mes bras et lui ai dit combien je l’aime .J’ai pensé à tous ces petit garçons aux boubous usés qui n’ont personne qui les serrent dans les bras, tous ces petits d’homme livrés à eux même dans la rue, sans affection, qui ne connaissent pas la tendresse d’une maman qui les protège, où qui l’ont connus il y a fort longtemps.
J’ai pensé à eux et évidemment j’ai pleuré, je pleure souvent, parfois j’aimerais m’endurcir mais si je devenais insensible à tout ça je perdrais cette partie d’humanité qui fait que je suis vivante, je serais sans cœur.
Alors je pleure, il m’arrive de ne pas avoir de monnaie sur moi et de croiser une maman mendiant avec son enfant au dos et de ne pas pouvoir lui donner, alors je pleure, je me sens coupable de ne pas pouvoir faire plus, faire quelque chose.
Je culpabilise de ne pas avoir cette baguette magique qui ferait qu’il n’y ait plus d’orphelins, d’enfants dans la rue, d’enfants maltraités sur terre, d' »enfants kidnappés comme ces petites filles au Nigéria !
Que chaque enfant sur cette planète reçoive tout l’amour et la tendresse possible afin de ne consacrer sa jeunesse qu’à une chose l’insouciance, qu’ils restent innocents le plus longtemps possible… UTOPIE… mais j’aime y rêver parfois ça permet de supporter toutes les horreurs que l’on voit quotidiennement.
Certains passent devant ces femmes dans leur fauteuil roulant avec leur bébé au dos  , sans même leur adresser un regard, certains  ne tournent même pas la tête quand un petit Talibé vient toquer à la fenêtre de leur voiture…je n’ai pas choisi ce chemin de l’indifférence ! je ne sais pas par quel bout le prendre , il y a tellement à faire  , mais Je n’y serais jamais insensible!

 

 

 

#bringbackourgirls

 

Publicités