Archives de Tag: taxi

Mes aventures « taxiesques »

Par défaut

les-rues-de-dakarJe sais je sais, cela fait à peu près…. Trop longtemps que je n’ai pas écris d’articles (presque 2 mois , shame on me)!! il faut dire qu’un nouveau job et tout un tas de projets plein la tête ça n’aide pas à avoir du temps pour soi !
Bon là c’est ma pause et j’ai une petite heure pour te raconter un peu ma vie !!
Depuis que je bosse au centre-ville je prends le taxi deux fois par jour et plus je le prends moins j’aime ça ! il faut dire que je vais finir par penser qu’on m’en veut !!
Malgré les conseils de Belle maman :
– prendre un taximan âgé qui possède un taxi neuf
– ne pas prendre ceux qui klaxonnent ou interpelle
– ne pas négocier, c’est ce prix-là ou tu passes ton chemin

Malgré cette préselection on dirait qu’en matière « taxiesque » j’ai une poisse extraordinaire !
Prendre un taxi et se retrouver à l’autre bout de Dakar car le taximan ne connait pas l’endroit où je vais malgré qu’il m’a assuré le contraire quelques minutes auparavant c’est mon quotidien !!

Il y a quelques jours, un vendredi, je quitte à 13h le boulot, j’arrête un joli taxi aux vitres électriques et à la carrosserie étonnamment peu bosselée, je ne négocie pas, il accepte tout de suite mon prix …c’est merveilleux ! On démarre et là tout à coup il prend une rue, puis une autre, un raccourci, pense-je !!
Et puis je me retrouve sur ce que je pense être l’autoroute …l’opposé de chez moi ! J’appelle mon mari et là se pose un problème, je ne peux pas lui dire en français ou en wolof ce qui m’arrive, d’autant plus que je suis assez énervée et plutôt flippée et que je risque de légèrement insulter mon chauffeur !
« I have to speak in English, don’t ask me why!! I’m in the middle of nowhere, coz’ the fucking driver of the car doesn’t know where Ouakam is!! I don’t know what to do, or what to say!! And I’m going to freaking out in a minute”
Et lui de me répondre
WHHHHHHHAT????? Speak slowly I don’t understand!!! »
Tu sais mon chéri , YOU don’t need to speak english , he doesn’t hear you!!
Bip bip bip plus de batterie!!

Ps : pour les non anglophones :
« je dois parler en anglais, ne me demande pas pourquoi !!je suis au milieu de nulle part, parce que le …bip… De chauffeur ne sait pas où se trouve Ouakam. Je ne sais pas quoi faire ou dire et je fais faire une crise de nerfs dans une minute. »
Et lui de me répondre
« QUUUUUUOI ????? Parle doucement, je ne comprends pas !!! »
« Tu sais mon chéri, tu n’as pas besoin de parler en anglais, il ne t’entend pas !! »

Finalement je suis arrivée à bon port après plus d’une heure de trajet, avec un chauffeur tout sourire me disant : « you américaine, c’est bien, c’est bien ! »

N’empêche que j’ai eu le temps de m’imaginer tout un tas de scénarios possibles : le viol, la traite des blanches et que sais-je encore …moi parano ?? À peine !
Plus de peur que de mal, mais voilà pas que ça recommence hier ,1h de trajet aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !! après le boulot en plein Ramadan, je me demande si je vais pas finir par prendre un car rapide , ou une charrette tiens !

Il est 5h Dakar s’éveille…

Par défaut

 

L’appel du Muezzin résonne à Ouakam…une mosquée au haut parleur high tech réveille les croyants (et les autres), rejoint quelques secondes plus tard par deux (ou trois ??) autres Mosquées au son grésillant.

Une vraie cacophonie matinale, puis le calme revient, plus un bruit jusqu’à ce qu’un oisillon vienne élire domicile dans la conduite d’aération de la salle de bain, de 6h40 à 7h 20  précise .

Dakar s’éveille, les enfants partent à l’école, on entend crier ceux qui ne veulent pas y aller, un petit garçon de notre immeuble perce les oreilles de sa maman chaque matin jusqu’à ce qu’elle réussisse à le faire rentrer de force dans la voiture.

Puis j’entends les gardiens d’immeuble, qui refont le monde dès  l’apparition des premiers rayons du soleil, ce bon vieux Toure (nous l’appellerons comme çà pour garder son anonymat !)commence déjà  à se chamailler comme à son habitude avec n’importe quel badaud qui passe par là.

Le marché s’éveille aussi, çà chahute, çà discute, çà marchande, çà crie, çà rit, çà s’anime surtout le vendredi matin. Les klaxons insistant des taxis à l’affut d’un client potentiel résonnent toutes les deux ou trois minutes.

Un camion et sa cargaison crée un vacarme assourdissant en s’aventurant « bringebali-bringuebalant »   sur la piste qui sert de route.

Les maçons commencent leur ballet de coups de massues,  il faut dire que les maisons aux alentours poussent comme des champignons, il suffit de ne pas regarder par la fenêtre deux jours d’affilés pour s’étonner d’un nouveau chantier qui commence !

La matinée est terminée …

La vie ici  est rythmée  par les appels à la prière, nul besoin d’avoir une montre pour savoir l’heure qu’il est.Quand tout est calme, on peut entendre tour à tour, un bêlement de mouton (étonnant pour une capitale !!), des chats qui se disputent violemment des restes de tiep bou dienn, une meute de chien aboyant après un taxi…A chaque match de foot ,ou combat de lutte on entend les gens dans la rue se déchaîner après une victoire suivie sur le petit écran de la boutique du coin!

Certains jours des chants religieux sortent d’hauts parleurs hurlant jusqu’au petit matin, d’autres on entend le bruit de djembés d’une fête ou  encore les notes de zouk d’une soirée non loin de là.

Dakar ne dort pas (c’est d’ailleurs le titre d’un émission!)au rythme du Caxagun cette année succédant au célèbre Youza..

La nuit, l’aéroport Léopold Sédar Senghor tout proche offre son ballet d’envols et d’atterrissages d’avions et d’hélicoptère qu’on ne remarque même pas la journée tant il est couvert par les autres bruits environnant.

Dakar ne dort jamais, elle vit dans une joyeuse cacophonie, qui en énerverait plus d’un…mais moi qu’est-ce que je l’apprécie cette douce mélodie de la vie !!