Archives de Tag: vivre ailleurs

Un p’tit Gné et ça repart!

Par défaut

Aujourd’hui le calme est revenu à Dakar et je profite que les enfants soient sortis avec leur père pour essayer de vous écrire un ou deux petits articles:
Le premier s’intitule : « Philiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip » !
Le deuxième devait s’intituler : « Un petit gné et sa repart », vous connaissez le principe maintenant, les articles Gné regroupent les pires recherches tapées sur google pour accéder à mon blog.
J’ai bien peur que cet article risque de tourner court car la seule googelisation drôle depuis le mois d’avril est :
Il court le mouton
Ce n’était pas drôle il y a trois jours mais aujourd’hui oui, mais si fais un effort et fais taire la Brigitte bardot qui sommeille en toi !!
Sinon il y a le florilège de personnes inquiètent (et qui ont raison de l’être)
Ebola, Ebola à Dakar, Ebola au Sénégal, Virus Ebola
Je vous épargne les plus glauques
Il y a ceux qui préparent ardemment la Tabaski depuis trois mois, enfin surtout la façon de souhaiter une bonne Tabaski :
Message pour souhaiter bonne fête de Tabaski, sms pour souhaiter bonne fête de Tabaski, bonne fête de Tabaski message, poème pour souhaiter bonne fête de Tabaski, bonne fête de l’Aïd en wolof
Bon je vous l’ai déjà dit ça donc reportez vous à la leçon concernant les formules de politesses adaptées que vous trouverez en page n°…

Il y a ceux qui ont faim ou soif à l’approche de cette journée festive et gustative
Thiakry, recette jus de gingembre, jus de gingembre recette sénégalaise, repas Tabaski, marinade bien bonne pour mouton, ngalakh recette, comment faire le jus de gingembre avec ananas Sénégal
Il y a toujours le même pervers qui me suit depuis le début
sabar uniquement sénégalaise avec des sexes poilus
Malheureusement le pauvre confond toujours les sénégalaises avec des portugaises
Et le meilleur pour la fin :
Comment vit-on au Sénégal en 2014 ?
Et bien ma foi, on vit bien quand même sous le soleil !!le-gne-he-he-l-hymne-du-gouvernement

The Toubab blues

Par défaut

Je suis d’humeur assez joviale, aimant la plaisanterie et rajoutant toujours une touche d’humour dans mes articles (d’ailleurs on m’a même reproché d’ironiser sur tout !) mais aujourd’hui I got the blues. Cet article se veut triste, car c’est l’humeur de ces derniers temps.

Tu sais ces matins où tu te lèves et tu te dis : « ché pas ce que j’ai ! », et bien  c’est la ritournelle du moment.

Pourquoi ?

Le mal du pays tout simplement !je bois mon café et je regarde dans le vide , je pense à ma grand-mère avec qui je buvais ma ricorée chaque matin après avoir emmené mon grand à l’école, je repense à nos discussions , nos commérages, les histoires qu’elle me racontait sur des gens que je ne  connais ni d’Awa ni d’Adama !! j’avais beau lui dire que je ne les connaissais pas , elle mer  répondait « mais si ! » d’un ton insistant, je finissais par faire comme si je les connaissais.

Quand je vais au marché du jeudi à Ouakam , je repense encore à elle et à ma meilleure amie avec qui j’allais au marché du jeudi à Hayange ! pas du tout le même genre de marché , pas de wakhale là bas , des prix fixes indiscutables !

Les jeudis on finissait toujours par manger ensemble un poulet rôti   acheté chez le turc dragueur du marché.

Ah le bon vieux temps !

Je me revois encore me plaindre du temps pourri , en attendant mon fils transie sous un parapluie à la fontaine en face de l’école, oh que je l’apprécierais bien ce temps là après 15 mois de canicule permanente.

Je pense souvent aussi à nos après-midi à flâner dans la galerie du carrefour pour finir par manger un bonne crêpe au flunch et rentrer en prenant un happy meal à mon grand au mc drive !!

Nos virées shopping avec ma grand-mère, nos balades à Metz avec ma meilleure amie,Twilight qu’on devait aller voir ensemble et succomber devant le beau Jacob (Edward est un peu trop pâle à mon gout !), les après-midi scrabble où je me faisais un malin plaisir d’essayer de battre ma grand-mère  à plat de couture (ce qui ne marchait pas vraiment d’ailleurs!), les après-midi pâtisserie aussi aux senteurs de noix de coco!

Je suis nostalgique , de tout et de rien . Je vois la crème fraîche si chère ici et je me revois l’acheter au Lidl du coin pour faire de bonnes pizza maison , saumon /crème fraîche les soirs de match de foot avec mes hommes.

I got the blues, la Toubab a le blues ! Mais est ce que çà se soigne ?

Est-ce qu’un jour quand on vit à l’étranger notre petit chez soi finit par ne plus nous manquer ?

Est-ce qu’on finit par ne plus penser au bon vieux temps la larme à l’œil ?

Est-ce qu’on arrive à supporter l’absence de sa famille et de ses proches ?

Est-ce qu’on arrive tout simplement à vivre loin de tout ce qu’on a connu ?

Je l’espère sincèrement, car sinon ce serait un grand échec pour moi, pour nous, pour notre famille.

Ce n’est pas finalement la vie à Dakar qui me dérange mais plutôt que Dakar ne soit pas Nilvange peut être !!

En tout cas si vous avez un remède contre le blues …contactez-moi au 77 788 56 23…

ps: t’as vraiment cru que c’était mon numéro?

partir vivre ailleurs: pourquoi?

Par défaut


Pourquoi quitte t-on ce pays qui nous a vu grandir, qui nous a éduqué, nourrit, aimé ? Pourquoi quitte t-on la France pour toujours ?

Il y a ceux qui partent par choix, il y a ceux qui doivent partir car ils ne l’ont plus.

Il y a ceux qui veulent voir ailleurs si l’herbe est plus verte et il y a ceux qui veulent verdir leur compte en banque.

Et  moi , à quelle catégorie j’appartiens ?

Je dirais un peu à toutes ces catégories à la fois .

Partir vivre au Sénégal est évidemment un choix,suivre mon mari  par amour dans son pays natal,  élever nos  enfants au plus proche de leurs origines, avoir des perspectives d’avenir.

C’est un non-choix à la fois , car peut on vivre décemment en France avec moins de 1000€ de revenus?

Vivre de petits boulots en petits boulots?

Pourra t-on un jour construire notre chez nous ?

A part bouffer des pâtes au beurre tout les jours et se tuer à la tache , impossible !!

Avoir fait des études tout les deux et se contenter de faire des boulots (si on en trouve)pour lesquels on aurait même pas eu besoin du Bac , c’est plus que rageant..

Alors nous avons pris cette folle décision , on a fait le choix d’une vie meilleure pour nos enfants, j’ai envie d’aller voir si l’herbe est plus verte du côté de Ouakam, et si on peut verdir notre compte en banque , se sera que du bonheur.

çà parait fou , après trente années de vie dans un bled paumé de Lorraine , mais je suis sûre que c’est la plus belle des vies qui nous attend là-bas.

Peu importe là où nous poserons les pieds , nous construirons notre famille.