Archives de Tag: vivre en afrique

Dakar ville de tous les contrastes

Par défaut

1551480_459868230781281_325383912_n

 

 

Dakar … D.A.K.A.R !!

J’habite à Dakar ! tu vas me dire que oui tout le monde le sait, que c’est même le titre de mon blog.
Non je ne deviens pas folle le soleil ne m’a pas tapé sur la tête, en ces périodes de froid il m’arrive simplement de l’oublier parfois.
Rideaux tirés, assise sur mon canapé But, dans mon appartement IKEAisé, il m’arrive d’oublier ce que je vis depuis trois ans comme si je n’avais jamais quitté ma petite ville douillette de Nilvange.
Bon ça ne dure pas longtemps les voix des gardiens en bas de l’immeuble résonnent, les klaxons des taxis me sorte de ma rêverie !
Dakar la moderne, Dakar l’insalubre, Dakar la colorée, Dakar et parfois son insécurité !
Je vis ma vie Dakaroise tantôt avec tant d’enthousiasme, d’envie de la découvrir dans tous ses recoins, de fierté d’y habiter, tantôt avec tant de pessimisme sur le sort que ces habitants lui réservent.
Dakar est 8ème dans le classement des villes africaines où il fait bon vivre ! Grâce à sa qualité de vie et sa culture !

Au premier coup d’œil, cette ville déroute un peu.Dakar charme, séduit, intrigue, énerve parfois .

Bruyante, brouillonne par ses centaines de chantiers inachevés et surpeuplée surtout dans ses quartiers populaires !
Elle peut paraître étouffante dans un premier temps, gaz d’échappement à l’appui, Mais il suffit d’y flâner un peu pour qu’opère le charme de la Teranga.On se met alors à apprécier la douceur du vent qui s’insinue dans chacune des ruelles, le calme de certains endroits où l’ont peut siroter du lait de coco en regardant la mer l’agitation de certaines rues , les couleurs vives des étoffes à chaque coin de rue, le joyeux « bordel » qui y règne mais surtout la foule belle et joyeuse.

Non , non je n’ai pris aucune substance illicite !!
On pourra me rétorquer qu’il est lassant de se faire coller comme si on était du papier tue-mouche à chaque fois qu’on marche en ville par des vendeurs ambulant et intermédiaire qui veulent t’emmener dépenser ton argent à droite où à gauche mais moi ce que je constate est que rares sont les gens qui font la gueule, Dakar est joyeuse !!
Malgré la misère, du petit Talibé , au Baye Fall faisant la manche , en passant par le vendeur de carte Orange ou celui de café Touba , tous ont le sourire pour peu qu’on leur adresse un Salam aleykum !
Ce que Dakar a à vous apporter c’est le contact avec les gens qui vous l’offrira. Les sénégalais sont accueillants, chaleureux et plein d’humour, toujours prêts à faire découvrir aux visiteurs les richesses de leur pays, leur culture et leurs traditions.
Alors oui parfois ils insistent mais c’est toujours bon enfant !

Dakar est un véritable tourbillon de contrastes où les gratte-ciels de verre s’opposent aux petites maisons de pêcheurs en ruines, où le cadre à cravate côtoie l’élégante femme en boubou et le marabout à gris-gris. Pour apprécier cette ville, il faut donc prendre un peu le temps de la parcourir pour en contempler toute la diversité.
Même si j’avoue que quand je sors de Dakar faire un tour à Saint-Louis où juste à côté à Toubab Dialaw , je me met à détester un court instant cette ville si bruyante , si polluée , si stressante quand je rentre chez moi je me dis que cette ville est un  » diamant brut  » , qu’elle est pleine de ressource ,  c’est une Ville vivante, toujours en mouvement et qu’elle n’a pas finit de me surprendre!!

 

Publicités

le jour où tout a commencé

Par défaut

I believe in you

 

Je ne ferais jamais ma vie en France » m’avait –il dit, un soir de confidence devant un expresso dans notre « café rouge » sous les arcades.
Cette phrase m’avait assommée, le son de sa voix bourdonnait, mes pensées s’envolaient vers le Sénégal, je ne l’écoutais plus, tout un tas de question se bousculaient dans mon esprit …
Le quitter ? Accepter ? Trop tard la question ne se posait plus, j’étais déjà sûr qu’il était l’homme de ma vie.
Mais par jamais, il entendait quoi ? Quels délais ? Quand allait-il partir ? Dans un an, 5 ans, 10 ans, à la retraite !
On a le temps de voir venir m’avait-il dit pour me rassurer.
Alors c’est ce que je faisais, je me rassurais, en pensant à une retraite au Sénégal avec les doigts de pieds en éventail allongée dans un hamac façon Capital « ses retraités qui finissent leur vie au soleil ».
Un plan de vie bien ficelé, une vie en France, une retraite au soleil. Ça sonnait plutôt bien !
Mais la crise est passée par là, des diplômes ne servant à rien, entretiens sur entretiens, pas de boulot, pas de perspectives, il fallait se rendre à l’évidence, il fallait partir !
Mais où partir ?
Partir, pour une autre région sinistrée par la crise ? Pour Paris, cette ville que j’ai toujours détestée et dans laquelle je me suis jurée de ne jamais vivre ?

Non, le choix s’imposait à nous : Dakar !

Le Sénégal où il y a tout à faire ! Tout à construire !
Où il faut être au bon moment, au bon endroit! Avec une bonne dose de patience et beaucoup de travail …
Une sorte d’African dream, où tout est possible !!
Dakar, le Sénégal, l’Afrique , cette inconnue que je ne m’imaginais qu’à travers les percus d’un son de Youssou Ndour et à travers les yeux des reporters venus filmer la misère Africaine.
Dakar, 6000 km plus au sud… Dakar … si loin…de tout, de ma famille, de mes amis, de tout ce que j’ai connaissais…
Et puis la date a été fixée, il fallait se préparer, à tout emballer, les meubles, les vêtements, les sentiments…
Car quand on part, on emporte tout !
Des cartons s’empilaient sur un fond de « là j’suis pas bien, donc la morale tu vas la faire à d’autres… » qui résonnait à la radio toute la journée comme pour accompagner nos préparatifs pour le grand départ.
Là j’suis pas bien …
Il faut se préparer pour les aux revoir, ne pas montrer qu’à l’intérieur on panique, et qu’on a envie d’une seule chose crier : STOP, on part plus, on arrête TOUT !
Là je suis pas bien…
il faut faire face à tous ces sentiments qui se chamboulent dans votre tête et qui vous la font perdre !
Là j’suis pas bien … ça y est c’est fait on est dans l’avion, on ne peut plus reculer !
J’ai plus envie de crier STOP, je lui tiens la main, j’ai confiance en lui , l’avion décolle.
Un nouveau départ pour une nouvelle vie.
Il y a tout à faire ,tout à construire.
Ici à  Dakar … cette inconnue que j’apprend à dompter depuis presque 3 ans !!